Endeuillée à 6 ans…par le suicide de sa maman

La prévention du suicide

ce n’est pas seulement pendant une semaine

Bien entendu il y a la journée de la prévention du suicide, il y a la semaine de la prévention du suicide mais il y a toutes les autres journées de l’année ou nous pouvons ensemble faire une différence en s’informant, en le démystifiant, en cessant de faire l’autruche. Parce que ce n’est pas seulement chez les autres que ça arrive…

Effectivement, je vous invite à lire l’histoire de Marlène Dubé auteure du livre Ça vaut la peine de rêver avant de s’endormir.

Merci Marlène pour cette générosité de partage.

Comme citoyenne, j’aimerais contribuer à ma façon et avec ma différence à la prévention du suicide.2014-10-09 13.03.26

Il y a 48 ans de cela, on retrouvait le corps de mère inanimé dans une chambre d’hôtel près de la maison. Mon frère jumeau et moi n’avions que 6 ans à époque.

 

Lire: Un enfant sur vingt pleure un parent

Pendant des années, nous avons voulu savoir ce qui s’était passé avec ma mère pour que nous la retrouvions morte à 42 ans, seule et isolée, dans une autre chambre que la sienne alors que ses enfants dormaient tranquillement à la maison.

Chaque fois que nous posions des questions à ce sujet on sentait un malaise chez les adultes et dans l’entourage. Dans ce temps-là, on ne parlait pas de suicide et c’était caché. Quelques années plus tard, quelqu’un de l’extérieur de la région nous a donné la réponse : elle s’est suicidée.

Lire:Comment aborder la mort avec les jeunes endeuillés par le suicide d’un être cher

Comment me suis-je sentie en apprenant la nouvelle ?

Je me disais que personne ne devrait mourir seule et isolée, dans un univers qui n’est pas le sien. Que je devrais vivre toute ma vie avec l’absence de raison. Et porterai toujours consciemment en moi les sentiments d’un enfant endeuillé.

Visionner la capsule vidéo 5 caractéristiques du deuil par suicide

À 55 ans, je ne crois pas posséder la vérité, mais j’aimerais dire à tout ceux et celles qui souffrent en silence en ce moment d’être ouvert à l’auto compassion. Pourquoi ? Parce que, l’auto compassion est bénéfique pour la santé mentale.

Qu’est-ce que l’auto compassion ? C’est la même chose que la compassion sauf que c’est le destinataire qui change. Que l’auto compassion n’est pas une émotion, mais une attitude concernant sa propre souffrance.

La première fois que j’ai entendu parler d’auto compassion c’est lorsque j’ai assisté à une conférence sur le calme mental offerte par un moine tibétain. La compassion envers soi-même comprend la bienveillance, la reconnaissance de son humanité et la pleine conscience. La bienveillance équivaut à respecter son histoire, accueillir sa souffrance au lieu de la banaliser, la ridiculiser, la juger ou la rationaliser.

C’est aussi accepter ses limites comme être humain, s’offrir de la douceur, reconnaître sa fragilité, surtout vous les hommes. Les hommes comptent pour 75 % des décès par suicide. Être bienveillant ça veut aussi dire être bon pour soi dans des moments difficiles que ce soit au travail, en amour ou en affaires.

Reconnaître son humanité, c’est accepter, admettre et constater que notre comportement, nos erreurs, notre fonctionnement peuvent avoir été influencés par notre environnement, notre éducation et notre histoire personnelle. Cette reconnaissance aide à nous pardonner et à vouloir nous offrir davantage de tendresse et d’affection pour nous-mêmes. Le rôle de la pleine conscience, celui de nous pousser à l’action vers un autre direction : le mieux-être. Nous sommes nombreux dans ce monde à souffrir et à être dur envers nous- même. La preuve. Selon le rapport de l’Organisation mondiale de la santé de 2012 il est mentionné qu’environ 1 million de personnes meurent chaque année de suicide. Autre information, il y aurait eu plus de soldats qui se sont suicidés pendant la guerre en Irak que de militaires qui sont morts au combat. En lisant sur le sujet , j’ai aussi appris des chercheurs ont réussi à démontrer que le taux de suicide est plus élevé chez les personnes qui manquent de compassion envers eux-mêmes que ceux qui celles qui en ont . Quand on réalise tous les bienfaits de l’autocompassion on ne peut faire autrement qu’encourager l’enseignement de l’autocompassion.

 

Marlene Dubé  nouvelle pub

Marlène Dubé
www.marlenedube.com

Pour recevoir les derniers articles du blogue, des entrevues, des citations imprimables ainsi que les primeurs des dates de conférences et ateliers un e-book gratuit de temps à autres.

Inscrivez-vous dès maintenant à l’infolettre en cliquant sur l’enveloppe!

enveloppe

Retour à la page d’accueil

Livre Est-ce que tout le monde meurt? à 50%

Témoignages

Contactez-moi

Conférences

À propos de moi

Publicités

Merci de laisser un commentaire, je vous lis avec grand intérêt

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s