Une nouvelle perception du deuil?

Le saviez-vous?

Les mots deuil et douleur ont la même racine latine: dolus

Nous connaissons tous l’expression « faire son deuil« . Expression inintéressante à entendre lorsque cette situation nous touche personnellement. Comme s’il y avait « urgence » à « faire son deuil« .

Dolus signifie douleur en latin. Est-ce que ce serait acceptable, selon vous,  de dire que « faire son deuil » signifie « apprivoiser sa douleur« ? Apprivoiser ses couleurs ? Que dites-vous de « apprivoiser son deuil »?

Il me semble que ces dernières expressions permettent d’accueillir son deuil selon son propre rythme, en douceur en se permettant d’apprivoiser de nouveaux repères.

J’ai bien hâte de vous lire à ce sujet dans les commentaires!

citation apprivoiser son deuil Lynne Pion

Et si une nouvelle perception du deuil nous permettait de dissiper chacun à son rythme les maux du deuil…Qu’en pensez-vous?

Aimeriez-vous recevoir des capsules vidéos, des entrevues, des citations imprimables ainsi que les primeurs des dates de conférences et ateliers un e-book gratuit de temps à autres, etc?

Inscrivez-vous dès maintenant à l’infolettre et recevez mon e-book gratuit.

Cliquer sur l’enveloppe!

enveloppe

Suivez-moi sur Facebook ou sur Tweeter

Voir le profil de Lynne Pion sur LinkedIn

 Accueil

Accompagnement « Ma route vers le sens de ma vie: Ma Nouvelle Réalité »

Blogue

Dossier de Presse

 

Publicités

12 réflexions sur “Une nouvelle perception du deuil?

  1. Très chère Lynne,
    J’aime énormément ce que vous proposez dans ce post, et pour moi aujourd’hui, le terme « apprivoiser mes couleurs » est ce qui me va le mieux. Cela me fait tellement de bien de dire cela!!
    J’en pleure de joie!
    J’ai perdu des personnes essentielles pour moi au long de ma vie, parfois très tôt, parfois trop tôt.
    Après des années de « il serait bon que vous fassiez le deuil », « je n’ai pas fait mon deuil », dogme que j’avais intégré jusque aux tréfonds de mon discours intérieur, et certainement pour le pire, car cela ne m’a pas aidée beaucoup…je me sentais juste nulle avec mes larmes qui remontaient, (parce qu’elles remontent toujours, même si on se croit tellement fort à résister aux marées, 🙂 ), et mon anxiété immense.
    Auto-critique à son maximum, plus aucune douceur ni bienveillance pour moi-même. Bof.

    Aujourd’hui, qu’importe, j’ai mis du temps et de l’énergie de vie pour cheminer, pour moi, j’ai retrouvé avec bonheur le chemin de la compassion pour moi-même grâce à la pleine conscience et aux travaux de Kristin Neff, et je suis consciente que je cheminerai toute ma vie, et maintenant, « avec mes couleurs ».
    Ah, vraiment, je ressens une immense gratitude pour ce que je viens de lire, « apprivoiser mes couleurs », mon cœur s’est rempli de bonté et de joie.
    Au plaisir, au grand plaisir de pouvoir échanger avec vous dès que cela sera possible,
    Je vous envoie depuis la France un big big hug.

    Nathalie

    • Merci beaucoup Nathalie d’avoir pris de votre précieux temps pour nous partager votre appréciation. Je vous souhaite d’avoir du plaisir et beaucoup d’amour pour vous-même sur la route de la vie, votre nouvelle réalité en apprivoisant au quotidien ces couleurs qui habitent votre cœur. Douce journée. Je vous invite à vous inscrire à l’infolettre Deuil-Vie-Résilience afin d’être visé des nouveautés, webinaires, livres, conférences, atelier ou ma présence en France! 😉
      Par ici pour vous y inscrire si vous le désirez: http://blogspot.us5.list-manage.com/subscribe?u=a08fb88906c84d8702314f181&id=d025a3d7e1

  2. j’aime tes mots pleins de tact et de délicatesse. Je préfère beaucoup l’expression « apprivoiser son deuil » que « faire son deuil ». On ne « fait » pas des confitures ici,. Dans « apprivoiser » comme l’explique le Renard du Petit Prince, ll y a une notion de temps, de durée, de douceur aussi. Et tout cela correspond bien à l’état dans lequel on se trouve après le décès d’un proche.
    Plus j’y pense, et plus je me demande comment ce n’est pas cette expression d’apprivoisement du deuil qui prévaut partout !

  3. Pour avoir perdu un fils en mars dernier, bientôt un an, chaque journée est un petit pas en avant. Je ne pensais pas d’avoir cette force en moi même si j’y pense en me levant et en me couchant, il est toujours dans mon cœur et le demeurera. Il faut s’occuper l’esprit pour ne pas demeurer dans la colère. Alors à tous les jours je vais marcher, je médite et j’essaie d’etre active.
    C’est certain que ma vie a changé et ne sera plus comme avant . Il faut s’inventer une autre vie et penser a`nous.

Merci de laisser un commentaire, je vous lis avec grand intérêt

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s