La trahison de vos corps

Un texte rempli de sensibilité de mon ami et collègue Stéphanie Deslauriers que j’avait envie de vous partager.

Ensemble Maintenant

5h34. Dimanche matin. Ça fait un moment que j’ai ressenti cette fébrilité qui m’empêche de dormir.

Mes idées tourbillonnent depuis hier soir. Depuis que je suis passée voir Guylaine Guay et son Steve, au Salon de l’Autisme.

Pourtant, je suis devant mon clavier d’ordinateur à hésiter. À peser mes mots, à trop réfléchir. Ce n’est pas comme ça qu’on écrit. On écrit avec son cœur. Et comme personne n’est devant nous, on n’a pas ce filtre social qui module nos propos. Aucun intermédiaire entre notre pensée et les mots qui apparaissent noir sur blanc (certains internautes devraient davantage utiliser leur tête que leur cœur, rempli de frustration, lorsqu’ils se trouvent derrière un écran mais ça, c’est une autre histoire).

L’écriture est ainsi une action très intime. Soi avec soi. Soi face à ses mots, à ses pensées brutes. Qu’on partage (ou pas) par la suite. Voilà pourquoi les auteurs sont…

View original post 562 mots de plus

Publicités

Merci de laisser un commentaire, je vous lis avec grand intérêt

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s